Blog

Formulaire de recherche

Dr Munyakazi Léopold aux USA: une déportation de notre époque

Archives d’Afrique centrale (AAC), 6 septembre 2015

Stéphane Heysel se retourne dans sa tombe.  S’il était encore de ce monde, il nous dirait certainement; «indignez-vous».  Indignez-vous contre les causes de l’immigration, contre les causes de cette catastrophe humanitaire qui frappe le moyen orient et d’Afrique, contre les causes de la violence et le terrorisme dans le monde.

Ne restez pas seulement émus par cet enfant qui se noie, ni par cet homme arraché aux mains des siens par les pouvoirs dits « démocratiques » qui relaxent les tueurs  et déportent les innocents à jeter en pâture aux mains des dictateurs « encore en vie » ou, indingnez-vous contre des puissants qui érigent les murs qui les protègent contre les pauvres et les immigrants.  La déportation événtuelle du Dr Munyakazi est un cas d’école qui invite à la réflexion.  

Le cas du Dr MUNYAKAZI  Léopold

Baltimore MD 04.09.2015 : le 4 Septembre 2015 à 15h00, cinq agents hostiles du service de l’Immigration et de contrôle des frontières (Immigration and Customs Enforcement - ICE), ont pris d'assaut la maison Baltimore MD du demandeur d'asile rwandais, Dr Leopold Munyakazi dans un raid surprise semblable à celle de la Gestapo. L'homme que les experts internationaux des droits humains croient être la victime d'une campagne de délation et de dénigrement par le régime militaire criminel au Rwanda, le Dr Munyakazi satisfait à 100% à toutes les exigences de déclaration et de surveillance de l'immigration au cours de son combat de six ans pour retrouver sa liberté.

Le 5 Juin 2015, après six ans d'appels, le juge américain de l'immigration Elizabeth Kessler a rejeté le risque de torture à son retour au Rwanda et lui a refusé l'asile. Pourquoi était cet homme qui a été initialement accueilli aux États-Unis dans le cadre du programme "homme de science à risque" , qui a fourni un enseignement exemplaire dans un collège américain de renom, et qui a suivi toutes les lois et protocoles immigration des États-Unis - et a montré un risque zéro de fuite après sa persécution par le Rwanda - est traité avec une telle hostilité et placé en détention en vue d'une déportation au début d'un long week-end de vacances?

"Le problème est que l'ICE l'a arrêté un vendredi après-midi avant le week-end de la fête du travail." L'avocat Ofelia Calderon a consacré les six dernières années de sa vie à la défense de M. Munyakazi, pro bono, parce qu'elle le croit innocent et qu'il fait face à une mort certaine s'il était rapatrié au Rwanda. "Donc, ce soir, je dépose une requête pour un séjour d'urgence qui faisait référence à un document de 2736 pages, mais personne ne regarde ça, et personne ne va regarder cela avant mardi. Ils peuvent le mettre dans un avion et l'envoyer à tout moment ".

Les Etats-Unis, la Grande-Bretagne, le Canada, l'Allemagne et Israël ont été les principaux soutiens du régime rwandais, qui, avec le régime en place en Ouganda, offre des bases stratégiques pour l'AFRICOM et SOCOM (Special Operations Command) déploiements dans les pays des Grands Lacs africains et  du Sud-Soudan.

Recherché par le régime du président Paul Kagame suite aux accusations de "génocide "fabriquées depuis 2009, le Dr Munyakazi ne s'est jamais soustrait des contrôles obligatoires sur ses allées et venues (munies d'un dispositif de suivi de la cheville de GPS pour les cinq dernières années) et a vécu en conformité avec tous exigeances des protocoles des services d'asile et de l'immigration.

Source:

Traduction libre de l'anglais avec l'aide de google translator

AAC, 06.09.2015

 

À propos Editor