Blog

Formulaire de recherche

PROBLÉMATIQUE RWANDA, 52 : Rwanda-Burundi, morts de Rudahigwa et de Ntaryamira

PROBLÉMATIQUE RWANDA, 52 : Rwanda-Burundi, morts de Rudahigwa et de Ntaryamira

Le roi Mutara Rudahigwa et le Président Cyprien Ntaryamira sont tous deux morts en pays étrangers : le premier au Burundi, le second au Rwanda. Une minute de silence ! Mais, alors que le roi Rudahigwa est mort à l'hôpital, le Président Ntaryamira a été assassiné, car l'avion qui le transportait a été abbattu. En Relations internationales, le fait qu'un Chef d'Etat en exercice soit tué à l'étranger est un "casus belli", son pays peut directement attaquer le pays où il trouve la mort. Dans le cas d'espèce, le Burundi pouvait attaquer le Rwanda, sans même passer par une "déclaration de guerre". Pensez-vous que l'auteur de l'attentat du 06 avril 1994 à Kigali visait aussi cet objectif ?

A.NON, la mort du Président Ntaryamira est une pure coïncidence, il s'est trouvé à un mauvais moment au mauvais endroit

B.OUI, car l'attaque par le Burundi devait précipiter la chute du Rwanda

C.OUI, d'ailleurs, certaines sources affirment que des unités d'attaque spécialisées sont entrées du Burundi en mai 1994

D.Autre réponse

Par Dr Biruka Innocent, 21/06/2017

-------------------------------------

IKIBAZO RWANDA 52 :

Umwami Mutara Rudahigwa na Perezida Sipiriyani Ntaryamira baguye mu mahanga : uwa mbere mu Burundi muli Nyakanga 1959, uwa kabili mu Rwanda muli Mata 1994. Duceceke umunota tubunamire. Aliko rero, mu gihe Umwami Rudahigwa yaguye mu bitaro, Perezida Ntaryamira we yarishwe kuko indege yari imutwaye yarahanuwe. Mu migenzo n'amategeko by'Ububanyi bw'Amahanga, kwicirwa mu mahanga kw'Umukuru w'igihugu uri mu milimo byitwa "impamvu y'intambara" : igihugu cye gishobora guhita gitera igihugu aguyemo ngo kimuhorere. Iwacu rero, u Burundi bwashoboraga guhita butera u Rwanda muli Mata 1994. Urareba ugasanga abahanuye iriya ndege taliki 06/04/1994 i Kigali bari bafite icyifuzo ko u Burundi budutera ?

A.OYA, Perezida Ntaryamira yaguye mu mageza, yari ahantu habi mu mwanya mubi

B.YEGO, kuko igitero cy'u Burundi cyari gutuma u Rwanda rufatwa vuba

C.YEGO, hari n'abashakashatsi bamwe bemeza ko ibisumizi byaturutse i Burundi muli Gicurasi 1994

D.Ikindi gisubizo

Dr Biruka Innocent, 21/06/2017

-----------------------

RWANDA PROBLEM, 52 :

King Mutara Rudahigwa and President Cyprien Ntaryamira died in foreign countries : the first in Burundi in July 1959 and the second in Rwanda in April 1994. One minute of silence, please ! But, while King Rudahigwa died in a hospital, President Ntaryamira was murdered because the plane that carried him was ablated. In International Relations, the fact that a Head of State is killed in a foreign country is a "casus belli" : his country can directly attack the country where he dies. In this case, Burundi had the right to directly attack Rwanda, without a  "declaration of war". Do you think that the perpetrator of the attack of the 06th April 1994 in Kigali was also targeting that objective ?

A. No, the death of President Ntaryamira is a pure coincidence : he was in a wrong place at a bad time

B.YES, because the attack by Burundi could have precipitate the fall of Rwanda

C.YES, some sources say specialized units of attack came from Burundi in Mai 1994

D.Other answer

By Biruka Innocent, 06.21.2017

--------------------------

Ndrl:

La mort de Mutara III Rudahigwa: selon les témoignages de Sr Moulart Marie-Louise et du documentaire de Bart Govaerts (Le Rwanda et le colonel part 2/5 de 4:20-6:00min.)

Le roi Mutara III Rudahigwa a pris un avion à Kigali le 24 juillet 1959 pour une consultation médicale avec le Dr J. Vinck prévue le 25/07/1959. Il succomba à une injection d'antibiotiques, la pénicilline (type extencilline semble-t-il). Son conseiller, Marcel Pochet n'en dit pas plus. A-t-il été victime d'une réaction immédiate à la pénicilline traduite par un choc anaphylactique qui lui fut fatal? Le reportage ne fait étét Aucun rapport d'expertise médicale n'a été publié à ce sujet à notre connaissance.

La mort de Cyprien Ntaryamira: selon Agnews, 2 pistes existent et un dossier est en cours auprès des Nations Unis. Selon l’enquête menée sur place au Rwanda, il se pourrait que ce soit les proches de l’aile dur des Bahutu rwandais (alors alliés des Français) [ les terribles interhamwe ] qui sont derrière ce forfait. Cela va dans le même sens que la journaliste britannique Linda Melvern qui évoquait la présence de missiles Mistral (armes françaises), dans les archives de l’ONU. (…)
Mais d’après l’enquête française menée par l’ancien juge anti-terroriste Jean-Louis Bruguière, Feu Cyprien NTARYAMIRA aurait été assassiné à 20H32 environ à son retour de Dar es-Salam, par l’envoi, depuis la colline de Masaka (Rwanda), de 2 missiles SAM-16 livrés par l’URSS (actuel Russie) à la NRA ougandaise (armée Ougandaise). Ces missiles avaient été livrés plus tard par la NRA aux rebelles (à cette époque) du FPR (Front Patriotique Rwandais). L’assassinat a été perpétré par le NETWORK COMMANDO du 3-BN du FPR, basé depuis décembre 1993 au CND à Kigali en vertu des Accords d’Arusha. Actuellement ces deux thèses sont les seules qui sont prises en considération à l’ONU en attendant un futur jugement …  Cet assassinat a été l’élément déclencheur du Génocide des Tutsi du Rwanda en 1994 qui a fait près 1 Millions de victimes.

Ecouter le témoignage en kirundi de Deogratias Ngendahayo, le témoin qui a fait l'avant dernier voyage de Dar-Es-Salam avec Cyprien Ntaryamira.

Lire aussi Filip Reyntjens: Mort du Mwami Mutara III Rudahigwa

À propos Editor