Blog

Formulaire de recherche

PROBLÉMATIQUE RWANDA, 66 : Quid de la monoculture?

PROBLÉMATIQUE RWANDA, 66 :

"Les 811 paysans membres de la coopérative TUZAMURANE qui cultive le maïs dans la vallée de Takwe, dans le district de Muhanga, se disent victimes de sanctions draconiennes de la part des dirigeants de la coopérative, car l'argent qu'ils doivent payer risque de les appauvrir durablement. La vallée de Takwe, avant 1994, était le grenier pour tous les habitants aux alentours : on y cultivait diverses cultures vivrières, et la récolte était abondante. Aujourd'hui, il y a la coopérative TUZAMURANE qui ne cultive que le maïs. Les membres de la coopérative affirment qu'un membre qui ne vient pas cultiver ou arroser le maïs doit payer une amende entre 1000 et 2000 francs rwandais." Est-ce-que vous comprenez cette politique de monoculture ?

A. OUI, cette politique apporte suffisamment d'argent aux paysans

B. NON, cette politique est l'une des causes de la famine

C. OUI, cette politique a mis un terme au désordre dans l'agriculture

D. Autre réponse

Biruka, 05/07/2017

------------------------------------------------

IKIBAZO CY'U RWANDA, 66 :

"Abahinzi 811 bagize koperative TUZAMURANE ihinga ibigori mu gishanga cya Takwe mu karere ka Muhanga, baravuga ko babangamiwe n'ibihano bacibwa n'ubuyobozi bwa koperative yabo kuko ngo amafaranga bacibwa agiye kubakenesha cyane. Igishanga cya Takwe, mbere ya 1994, cyari ikigega cy'abaturage bose bacyegereye : cyahingwagamo ibiribwa ngangurarugo kikavamo umusaruro mwinshi. Ubu harimo koperative TUZAMURANE ihinga igihingwa kimwe : ibigori. Abanyamuryango bayo bakavuga ko utaje guhinga cyangwa kuvomera ibigori acibwa amafaranga ari hagati ya 1.000 na 2.000."

Ese wowe iyi politike y'igihingwa kimwe urayumva ?

A.YEGO, izanira abahinzi amafaranga ahagije

B.OYA, iri mu mpamvu ziteza inzara

C.YEGO, yaciye akajagari mu buhinzi

D.Ikindi gisubizo

Biruka, 05/07/2017
_______________________________________________

RWANDA PROBLEM, 66 :

"The 811 farmers who are members of the TUZAMURANE cooperative which cultivates maize in the Takwe valley in the Muhanga district, say they are being subjected to draconian sanctions by the cooperative leaders because the money they have to pay may deplete them sustainably. The Takwe valley, before 1994, was the granary for all the inhabitants in the vicinity : various food crops were cultivated there and the harvest was abundant. Today there is the cooperative TUZAMURANE, which cultivates only maize. The members of TUZAMURANE assert that a member who does not come to cultivate or water maize must pay a fine between 1,000 and 2,000 rwandan francs."

Do you understand this motoculture policy ?

A.YES, this policy provides enough money for farmers

B.NO, this policy is one of the causes of famine

C.YES, this policy has put an end to the disorder in agriculture

D. Other answer

Biruka, 05.07.2017
___________________________________________

Pour en savoir plus:

Rencontre avec Theresie, membre d'une coopérative d'ananas au ...

12 mai 2017 - Ajouté par Oxfamfrance
Theresie Nyirantozi est membre de la coopérative de Tuzamurane au Rwanda, dans le district de Kirehe ...

 

64 vues au 20/07/2017
Ajoutée le 12 mai 2017

Theresie Nyirantozi est membre de la coopérative de Tuzamurane au Rwanda, dans le district de Kirehe. Elle fournit à la coopérative des ananas de sa ferme. Avant de rejoindre la coopérative, Theresie cultivait du manioc et des haricots mais peinait à acheter à sa famille de la nourriture, des vêtements et du savon. Depuis qu’elle est membre de la coopérative, Theresie a pu faire vivre sa famille et ses 5 enfants. Elle a aussi utilisé ses bénéfices pour acheter un veau pour faire de l’engrais pour son champ. Etre membre actif de la coopérative a donné à Theresie un sentiment de fierté et elle n’a plus besoin de demander de l’argent à son mari pour ses achats.

----------------------------

Tuzamurane cooperative is located in a small village at the top of a hill in Kirehe District, Eastern Rwanda.The literal translation of Tuzamurane is ‘lift one another up’.

Source: Oxfam Oxfamfrance

À propos Editor