Blog

Formulaire de recherche

Que cherchait Paul Kagame à Oxford?

Kagame avait cru venir recevoir une coupe d'une prestigieuse école de commerce de l'Université d'Oxford, et ce sont les manifestants que les forces de police ont eu du mal à contenir (voir photos diaporama) qui l'ont plutôt reçu. Ces manifestants s'indignaient contre un prix lui attribué par un groupe d'étudiants de l'Université d'Oxford malgré la controverse continue sur la situation des droits de l'homme de son régime.

La réputation de son pays qui a trompé l'opinion internationale par un semblant d'essor de développement de la ville de Kigali a été ternie par des accusations d'autoritarisme et de fomenter des conflits au Congo. Le président que d'aucun n'hésitent plus d'appeller désormais le nouveau dictateur du continent africain a été accueilli par des manifestants ressortissants congolais et rwandais.

Une coalition de militants, notamment des réfugiés congolais et universitaires d'Oxford, ont lancé un appel à l'université d'annuler l'invitation, disant que cela équivalaità un vote de confiance à M. Kagame à un moment où il est sous pression internationale sur les violations des droits de l'homme.

La dernière controverse qu'a dû affronter le leader rwandais, est celle qui l'an dernier a vu la Grande-Bretagne suspendre son aide finacière de 16 millions de £ de soutien direct à son gouvernement, suite aux rapports «crédibles» qui accusaient le Rwanda de soutenir le groupe rebelle M23, responsable des atrocités commises en République démocratique du Congo voisin .

Les critiques de l'actualité indiquent que la décision prise par le "Réseau du Business Oxford pour l'Afrique", une organisation étudiante au sein de l'école de commerce, de remettre à M. Kagame comme premier lauréat de la distinction d'honneur pour la croissance africaine risquait entacher l'image de marque de l'université.

Une pétition demandant au groupe d'élèves et l'école de commerce d'annuler l'attribution du prix avait atteint près de 5500 signatures hier. Une contre-pétition, se félicitant de la décision, avait recueilli 2.300 signatures.

Dans une lettre adressée au doyen de l'école, le professeur Barbara Harrell-Bond, le directeur fondateur du Centre d'études des réfugiés respecté de l'université, a déclaré: «conférer une distinction honorifique à M. Kagame à un moment où lui et son gouvernement sont de plus en plus isolé suite aux preuves de violations de leurs droits humains est une grave erreur de jugement.

Un porte-parole d'une coalition de groupes d'opposition congolais et rwandais, a ajouté: «Ce serait une honte pour n'importe quelle université du calibre de Oxford à ignorer toutes les informations avérées relatives aux crimes perpetrés par Kagame, et lui dérouler le tapis rouge."

L'école de commerce, a souligné que la distinction était remise par décision d'un groupe d'étudiants et non de l'Université lui-même... "Nous sommes conscients que le Président Kagame est considéré par certains comme un personnage controversé. "L'université a autorisé cet événement uniquement en raison de son attachement à la liberté d'expression.

Après cet accueil contreversé par les étudiants de l'Oxford, M. Kagame, va alors participer à la célébration de la Journée Rwanda pour des centaines de membres de la diaspora rwandaise et la très nombreuse délégation rwandaise ayant accompagné le chef de l'Etat rwandais à Londres.

Les critiques avancent que M. Kagame est également accusé de bafouer les libertés médiatiques et politiques, et maintient un environnement hostile aux politiciens de l'opposition.

The Independent a également révélé que Scotland Yard a rendu des avis sur les deux dissidents du Royaume-Uni en 2011, les avertissant de «renseignements fiables» que leurs vies étaient menacées par des assassins envoyés par les autorités rwandaises.

Récement, en cette année, la Grande Bretagne a rétabli l'aide des 16m £ au Rwanda qui seront distribués sous forme de paiements directs aux populations les plus pauvres du Rwanda et des manuels scolaires pour les écoliers.

The Independent a précisé qu'il n'y a pas d'intentions de rétablir les paiements de l'aide directe au gouvernement rwandais.

Source: The Independent / archives-afriquecentrale.com

À propos Editor