Blog

Formulaire de recherche

Samedi 10 juin 2017: Grande mobilisation à Bruxelles à partir de 12H00 pour "Kagame dégage"

Ce samedi 10 juin 2017, la communauté Rwandaise se mobilise encore une seconde fois dans cette semaine contre son président Paul Kagame.

Je me permet d'insister une nouvelle fois auprès de toi parce que l'heure est grave. À quelques heures de cette événement important, Jambo a besoin de toi. Nous nous sommes engagé à prendre plusieurs bus qui nous ménerons jusqu'au lieu du Rwanda day où nous ferons une grande mobilisation. Mais ces bus, il faut les remplir avant. C'est pour ça que Jambo a besoin que tu partages le sms en français à tes amis, le sms en kinyarwanda à ta famille, l'affiche et la video à tous tes contacts sur whatsapp, facebook et twitter. Il faut que ce soir tout le monde soit au courant qu'une grande mobilisation aura lieu demain et qu'on remplisse (qu'on dépasse meme) la capacité des cars.

Jambo compte sur toi ;) et merci

-----------------------------

Ce mercredi 7 juin 2017, le président Paul Kagame sera à Bruxelles pour participer aux European Development Days 2017. À l’occasion de sa présence dans la capitale belge une mobilisation sans précédent se prépare pour dénoncer le pouvoir « dictatorial et criminel » de Paul Kagame.

Une visite périlleuse 

C’est une semaine très importante pour le président Paul Kagame qui se rendra à Bruxelles à l’invitation des organisateurs des European Development Days. À deux mois des élections présidentielles, Paul Kagame se rendra en Belgique, là où se trouve la communauté rwandaise à l’étranger la plus fervente dans son opposition au pouvoir du FPR. Il n’était pas venu en Belgique depuis 2014 et une visite éclair de 24 h pour participer au sommet Union européenne — Afrique. À quelques mois des élections présidentielles prévues en août prochain, Kagame avait longtemps hésité à venir sur ce terrain hostile de peur d’écorcher son image internationale.

À l’appel des organisations de la société civile, d’organisations de défense des droits de l’homme et en collaboration avec les partis politiques d’opposition, la communauté rwandaise de Belgique, mais également d’Europe est attendue ce mercredi à 12 h 30 à Tour & Taxis à Bruxelles pour une grande manifestation contre la présence de Kagame à Bruxelles. Cette manifestation, dénommée par les organisateurs « #KagameGetOut » (en Français : Kagame dégage) est très attendue dans la communauté. Natacha Abingeneye, présidente de Jambo ASBL, nous a affirmé que « les organisateurs ont très naturellement souhaité nommer cette manifestation #KagameGetOut, tout d’abord parce qu’après 23 ans d’un pouvoir sans partage, dictatorial et criminel, il est temps que cela cesse, que Kagame quitte le pouvoir et qu’une transition démocratique et pacifique puisse s’amorcer ». La mobilisation a dépassé les frontières belges, puisque de nombreux manifestants viendront d’Angleterre, d’Allemagne, des Pays-Bas et de France. « Nous viendrons de loin pour nous unir à nos compatriotes de Belgique pour manifester contre ce dictateur sanguinaire qui non seulement a confisqué la démocratie et la liberté du peuple rwandais, mais massacre aussi son peuple et les populations de la sous-région dans une impunité totale depuis 23 ans ! » nous a confié Leon Ruhungira, le président la Communauté rwandaise de Lyon, qui fera près de 750 km pour répondre à cet appel. Joseph Matata, activiste rwandais des droits de l’Homme rwandais, a également appelé les Rwandais et amis du Rwanda à participer au Sit-in hebdomadaire qui se tient devant l’ambassade du Rwanda en Bruxelles. Il a tenu à souligner le caractère « exceptionnel » du sit-in qui doit avoir lieu ce mardi 6 juin en raison de l’arrivée du président dans la soirée.

 

Les congolais de Belgique pleinement mobilisés.

 

La communauté congolaise est également pleinement mobilisée. Dans le quartier africain de Bruxelles, Matonge, c’est le sujet sur toutes les lèvres. Junior, un jeune activiste congolais nous a affirmé, au sujet de Paul Kagame, que : « À chaque fois que cet assassin est ici, je dois être là, il faut que le monde entier sache qui il est vraiment, et ce qu’il représente. Il faut qu’on lui fasse sentir qu’on ne veut pas de lui en Belgique, ni même chez nous au Congo où il vient piller nos terres, tuer nos frères, violer nos sœurs et massacrer nos enfants. »

En réponse à la grande mobilisation qui se prépare, l’ambassade du Rwanda a réagi en organisant un rassemblement de soutien qui devrait se tenir tôt dans la matinée du mercredi 7. Une source proche de l’ambassade nous a affirmé : « Cette réunion de soutien a été organisée afin de tenter de répondre à la masse attendue pour manifester contre le Président Kagame ». Il a également été décidé d’un « Rwanda Day ». C’est une journée où le président Kagame rencontre la diaspora rwandaise dans un pays étranger. Attendu au tournant par ses nombreux opposants, ce rendez-vous, organisé dans la hâte, avec ses fans bruxellois est censé redorer une image qui risque d’être ternie par les manifestations de contestation prévues.

La Belgique est le pays regroupant le plus grand nombre de ressortissants d’origine rwandaise en dehors du Rwanda. D’après l’ambassade du Rwanda à Bruxelles, la communauté rwandaise de Belgique atteint 35 000 membres, d’autres sources vont jusqu’à 50 000 et plus. La Communauté rwandaise de Belgique est aussi renommée pour être libre et très fervente dans son combat pour les droits de l’homme, la démocratie et la justice au Rwanda. Elle comporte un grand nombre de partis politiques d’opposition au FPR installés à l’étranger et de nombreuses organisations de la société civile très critique contre le pouvoir du Président Kagame. Kigali a depuis plusieurs années essayé de faire vaciller cette communauté en l’infiltrant ou en faisant rallier à sa cause, moyennant compensation, des personnalités réputées influentes de celle-ci. La dernière tentative de déstabilisation en date est l’apposition de Olivier Nduhungirehe, ancien membre de la communauté et maintenant rallié au FPR, comme ambassadeur du Rwanda à Bruxelles afin de coordonner son noyautage.

Kagame en campagne pour redorer son image internationale

L’élection présidentielle se tiendra le 4 août prochain. Qualifiée de « mascarade » par les principaux partis d’opposition, ils ne présenteront pas de candidat. Qui sera face à Kagame ? C’est encore l’incertitude. Si Frank Habineza, le président du Parti démocratique vert, sera certainement candidat, la participation de Diane Rwigara et Phillipe Mpayimpana, tous deux candidats indépendants, est loin d’être assurée. Le Rwanda est accusé par les organismes internationaux des droits l’Homme de vouloir verrouiller son espace politique et médiatique au bénéfice du FPR et de Kagame. Alors que les rapports critiques sur l’état de pauvreté, la spoliation des paysans, la famine qui fait rage dans le pays, les manipulations des statistiques de développement ou encore la liberté de la presse s’amoncellent et que les langues se délient à l’image de Diane Rwigara, le FPR essaye de reprendre le contrôle de la situation. La récente tentative de verrouiller la communication sur les réseaux sociaux des candidats à la présidentielle par la Commission électorale nationale a été tuée dans l’œuf en raison de la masse de critiques provenant principalement de l’international. La guerre médiatique et de communication fait rage. Ces derniers mois, Kigali a fait appel à ses soutiens historiques tels que François Soudan de Jeune Afrique ou Louis Michel pour soutenir l’image internationale de Paul Kagame. Cette visite à Bruxelles, sur un terrain hostile pour lui, est une prise de risque pour Paul Kagame qui pourrait s’avérer très négative si la mobilisation à son encontre est très suivie.

 

Découvrez ci-dessous le mémorandum rédigé par la communauté rwandaise d’Europe pour l’occasion:

Source: http://www.jambonews.net/actualites/20170606-rwanda-belgique-kagame-atte...

À propos Editor