Blog

Formulaire de recherche

Rwanda-France: Un rapport qui veut encore faire chanter Paris ?

Le gouvernement de Kigali a commandé à son parlement un rapport rédigé en kinyarwanda, (RAPORO KU KARENGANE GAKORERWA U RWANDA HASHINGIWE KU MUTEKANO MUKE MU BURASIRAZUBA BWA REPUBULIKA IHARANIRA DEMOKARASI YA KONGO), la langue nationale, ainsi intitulé : « Rapport sur l’injustice subie par le Rwanda, suite à la situation de guerre qui règne dans l’Est de la République Démocratique du Congo » (traduction libre).

Les étrangers violemment attaqués

Elaboré par une commission parlementaire rwandaise présidée par le sénateur BIZIMANA Jean-Damascène, les autorités rwandaises attaquent violement par ce rapport les étrangers (français et africains vivant en France principalement) dont Pierre PEAN, Madeleine RUFFIN, André GUICHAOUA (qui pendant longtemps soutenait le pouvoir de Kigali surtout dans le procès au TPIR d’Arusha de Kigali vs NYIRAMASUHUKO), Charles ONANA, Maris-Roger BILOA, et bien d’autres, capables de révéler la nature criminelle de ce pouvoir qui opprime son peuple par tous les moyens au nom d’un « génocide » dont le parti dominant FPR porte une grande responsabilité. A la lecture attentive de ce rapport, comme le souligne l’historien Bernard LUGAN , on constate que depuis le début de cette année 2013, Kigali s’attaque aux français pour « faire chanter Paris » et de préférence, en ce mois d’avril, à la veille de la commémoration du 20ème anniversaire de son accession au pouvoir par les armes et à l’issue de la catastrophe provoquée qu’il est convenu de dénommer, le « génocide rwandais ». Le rapport rend ainsi public ce qui pourrait bientôt devenir la nouvelle liste des « blancs » et africains ennemis du pouvoir rwandais. Parmi les étrangers sont cités : Pierre PEAN (France), Charles ONANA (France), Marie-Roger BILOA (France), Stephen SMITH (France), Peter VERLINDEN (Belgique), Robin PHILPOT (Canada), Peter VERLINDEN (Belgique), Robin PHILPOT (Canada), THE GUARDIAN (UK), Filip REYNTJENS (Belgique) et André GUICHAOUA (France) (qui pendant longtemps soutenaient le pouvoir de Kigali surtout dans les procès au TPIR d’Arusha de Kigali vs NYIRAMASUHUKO) ... Madeleine RUFFIN (France) des responsables des ONG comme Thierry VIRCOULON (International Crisis Group), Anecke Van WOUDENBERG (HRW) , des représentants d “AMNESTY INTERNATIONAL”, “GLOBAL WITNESS”,… qui répètent et appuient les accusations contre le Rwanda de Steven HEGE … Le Rwanda veut ainsi isoler les étrangers qui ne jouent pas son jeu et mettre sous l’éteignoir ses opposants.

Les éminents interahamwe en France soutenus par Madeleine RAFFIN ?

Contre ses citoyens exilés ou qui l’ont fui, le pouvoir de Kigali use toujours de la même tactique d’intimidation et de diffamation de toute activité associative ou socio-culturelle et politique de ressortissants rwandais. Les autorités rwandaises assimilent ses opposants et autres potentiels leaders d’opinions, réels ou supposés, à des criminels du génocide d’une part et s’en prend à tout étranger qui fustige sa politique guerrière et criminelle le traitant de « supporteur des génocidaires ». A la page 106, le même rapport s’engage dans une diatribe d’affirmations gratuites comme quoi « Madeleine RAFFIN est l’une des personnalités (françaises) qui soutiennent les éminents INTERAHAMWE qui vivent en France comme le lieutenant-colonel Marcel BIVUGABAGABO, le Dr Eugène RWAMUCYO, et bien d’autres. Madeleine RAFFIN ne cache pas son soutien aux mauvaises activités de l’opposante INGABIRE UMUHOZA Victoire et l’appui qu’elle donne à ses militants qui vivent en Europe comme le major Jaques KANYAMIBWA, NKIKO NSENGIMANA, Eugène NDAHAYO, et bien d’autres. Madeleine RAFFIN se sert de son blog (http://madraffin.centerblog.net/) et du site internet de «France Turquoise» pour propager toutes ses publications qui diffament le Rwanda » ? Le rapport précise en sa page 114 qu’« Il existe plusieurs associations de ressortissants rwandais, dont ceux qui ont perpétré le génocide … qui posent divers gestes qui nuisent à la bonne réputation du Rwanda dont l’organisation des conférences-débats, la publication des lettres adressées aux autorités qui les hébergent, écrire pour informer, sensibiliser et demander des audiences aux élus des pays d’accueil pour leur communiquer des fausses nouvelles (sur le Rwanda), se rapprocher et travailler avec les ONG internationaux à qui elles communiquent des fausses nouvelles, les utilisant ainsi dans leurs propres intérêts, etc ». Quelques-unes de ces associations sont les nommées AVICA AVICA (Assistance aux Victimes des Conflits en Afrique centrale); CLIIR (Centre de Lutte contre l’Impunité et l’Injustice au Rwanda) en Belgique, Pro-Justitia Rwanda (Pays-Bas); Justice et Réconciliation, Ibukabose (France), Collectif des Victimes des crimes de masse commis dans la Région des Grands Lacs Africains “COVIGLA” (France), FEIDAR = Fédération Internationale des Associations Rwandaises (France), etc … » . Justice et Réconciliation voudrait inviter tous ceux qui sont visés par ce rapport à des assises d’une « Commission vérité pour le Rwanda » ou Tribunal vérité pour le Rwanda » afin de participer à la paix et la réconciliation des peuples de la région des grands lacs qui en ont tant besoin.

Par « Justice et Réconciliation » 01.04.2013

Raporo ya BIZIMANA na BAgenzi be batumwe na Leta

À propos Editor