Blog

Formulaire de recherche

Centrafrique: L'ère des Coup-d'Etat en Afrique encore à la mode

 

Centrafrique - Djotodia veut suspendre la Constitution et légiférer par ordonnances

(Belga) Le chef de la rébellion centrafricaine Séléka, Michel Djotodia, qui a pris le pouvoir à Bangui dimanche, a annoncé qu'il allait suspendre la Constitution et légiférer par ordonnance pour conduire la transition du pays, dans un discours à la presse lundi.
"J'estime nécessaire de suspendre la Constitution du 27 novembre 2004, de dissoudre l'Assemblée nationale ainsi que le gouvernement. Pendant cette période de transition qui nous conduira à des élections libres, crédibles et transparentes, je vais légiférer par ordonnances", a déclaré Michel Djotodia. Si M. Djotodia ne s'est pas explicitement autoproclamé président de la République, il se pose clairement en nouveau maître du pays. "En respectant l'esprit des accords de Libreville, je vais reconduire le premier ministre (Nicolas Tiangaye), chef du gouvernement d'union nationale dans ses fonctions", a-t-il déclaré. "Nous nous engageons à conduire désormais les destinées du peuple centrafricain pendant cette période de transition consensuelle de 3 ans conformément aux accords politiques de Libreville". Il a ensuite énuméré les objectifs du prochain gouvernement, notamment "restaurer la paix et la sécurité, réorganiser les forces de défense et de sécurité, réorganiser l'administration territoriale" et "poursuivre le processus de DDR (désarmement, démobilisation et réintégration)" des anciens combattants. "Nous regrettons les dégâts collatéraux (pillages, violences) et nous nous emploierons à y mettre fin très rapidement", a affirmé Michel Djotodia qui demande aux travailleurs du secteur public et privé de reprendre le travail 'dès demain mardi". La coalition Séléka a pris la capitale Bangui et renversé dimanche le président François Bozizé qui s'est réfugié au Cameroun, selon la présidence camerounaise. (VAD)
 
Ndrl: Le président déchu et sa famille seraient réfugiés dans un pays limitrophe de la RDC qui n'ose pas encore l'avouer d'un Francois BOZIZE devenu désormais encombrant comme tous les vaincus.

Centrafrique : le Séléka annonce un « léger » remaniement gouvernemental Le porte-parole de la coalition du Séléka, Eric Massi, annonce aujourd’hui que le groupe rebelle a pris la décision de maintenir le Premier ministre dans ses fonctions tout en remaniant « légèrement » le gouvernement d’union nationale. « Nous respecterons l'accord de Libreville: une transition politique de deux à trois ans avant des élections », affirme ainsi M. Massi, qui explique que « le Premier ministre actuel reste en place et (que) le gouvernement va être légèrement remanié ». Accusant le président centrafricain, François Bozizé, d’avoir trahi l’accord de Libreville du 11 janvier dernier, les rebelles du Séléka ont renversé hier le gouvernement de Bangui et proclamé leur chef, Michel Djotodia, à la tête du pays. Ce coup d’état militaire a été condamné par l’ONU et l’UA, tandis que les États-Unis et le Tchad ont appelé les rebelles à respecter les clauses de l’accord de Libreville. (Source : Reuters)

À propos Editor